Le bonheur au travail est une des préoccupations majeures des RH, des salariés et des dirigeants. Chacun pour ses raisons évidemment.
Côté employeur, avoir des salariés heureux de venir travailler chaque matin aurait des impacts positifs sur la productivité de l’entreprise car des employés heureux gèrent mieux leur travail au quotidien, qu’ils sont moins absents ou malades*.
Côté RH, des salariés épanouis restent plus longtemps dans l’entreprise et attirent spontanément des talents intéressants dans un marché du recrutement désormais compétitif.
Alors comment faire en sorte que vous employés prennent du plaisir à venir travailler le matin ? Comment les motiver à rester ? Et comment augmenter leur niveau d’engagement pour votre entreprise ?

* un salarié heureux serait en moyenne deux fois moins malade et six fois moins absent

Etre attentif à l’Expérience Employé

bonheur au travail

Il existe une corrélation directe entre le bonheur des salariés et le bonheur des clients, c’est pourquoi la notion de bonheur au travail (ou de bien-être au travail) impacte les performances de l’entreprise.
Tout comme les marketeurs travaillent l’expérience-client (CX), les webdesigners l’experience utilisateur (l’UX), les RH doivent donc désormais travailler l’expérience employé (l’EX).
L’objectif ? Proposer une expérience de travail simple et agréable sur 4 aspects de la gestion des ressources humaines : les process, les outils, l’environnement et les relations interpersonnelles.
En fait, il s’agit, pour les RH de changer radicalement de posture et de considérer les employés comme des clients des ressources humaines. Puis de s’interroger : quelle expérience mon entreprise propose-t-elle à ses employés ? Quels services pouvons-nous leur proposer pour améliorer leur expérience de travail au quotidien ?

Veiller à la qualité du management

bonheur au travail

Terminé le management par le stress (ou pire par la terreur), nous sommes dans l’ère du slow management. Ou comment faire toujours mieux, et non faire plus ; comment travailler dans une approche collective et non individualiste ; comment faire progresser et non attiser la compétition interne.
Un manager de qualité veille à faire progresser ses équipes en mettant en place des systèmes de transferts de compétences, il favorise l’intelligence collective, il pratique l’écoute active et la communication sans violence et il est dans la reconnaissance de l’effort fourni par ses équipes.
Avant toute chose, il donne du sens aux missions individuelles puisque l’un des facteurs du bonheur au travail est tout simplement comprendre ce qu’on attend de nous. Pour ce faire, il aura préalablement clarifié les objectifs individuels et collectifs et les moyens mis à disposition.
Le RH a pour mission de former ses managers à ses approches managériales et notamment de prôner le Management participatif voire horizontal.

Entendre les insatisfactions (et les résoudre)

bonheur au travail

Pour résoudre les problèmes, encore faut-il en être informé. Le RH est donc au quotidien parmi les équipes qu’il gère. Il met en place des systèmes de mesure de la satisfaction et accepte que tous les résultats ne soient pas parfait.
Le RH met en place des entretiens individuels pour identifier les sources des problèmes et les tensions internes puis il invite les salariés à collaborer pour imaginer des solutions pertinentes (par des approches créatives comme le design thinking ou le creative problem solving par exemple).
Enfin, il est garant de process de travail efficients permettant à chaque employé de repartir avec le sentiment positif du travail accompli (un des facteurs de bonheur au travail).

Soigner la comm’ interne

bonheur au travail

Une communication interne fluide permet de maintenir le niveau d’engagement. La comm’ interne va donc collecter, diffuser et communiquer les info permettant de faire l’interface entre salariés et dirigeants, mais aussi entre les différentes business units, entre les différents services.
Le but ? Maintenir tout le monde au même niveau d’information et créer de la transversalité entre les initiatives, pour amener les salariés à collaborer et ainsi favoriser de nouvelles synergies.
Surtout, la communication interne aura pour mission de mettre en avant et d’expliquer le projet d’entreprise, le cap fixé par les dirigeants, de clarifier la stratégie mise en œuvre car une ambition commune permet de mobiliser tous les employés.

Transmettre la dimension émotionnelle de son entreprise

bonheur au travail

Des événements, des séminaires, le site intranet (entre autres) permettront de fédérer, de motiver les équipes et de contribuer à construire une culture d’entreprise et un sentiment d’appartenance à un groupe.
Il s’agira de jouer sur la corde sensible des salariés en racontant l’histoire de l’entreprise, de ses fondateurs, en encourageant les dirigeants à incarner les valeurs de la société par des actes afin de créer un attachement affectif.
Le travail sur la marque employeur, en utilisant les techniques de storytelling, permet de véhiculer la mission de l’entreprise, de donner du sens et donc de développer un sentiment de fierté de la part des salariés. Ce lien affectif permet de conserver une mobilisation constante et élevée des employés. Car oui il y a des entreprises pour lesquelles on aime travailler et ce sont celles qui ont réussi à obtenir l’adhésion de leurs salariés en leur permettant de ressentir un sentiment d’utilité et en donnant une dimension sociétale à la mission de l’entreprise, ou du moins à certaines actions.

Gérer ses talents

bonheur au travail

Il n’y a pas 36 solutions pour faire du management de talents, il faut bien connaître la personnalité de ses employés. Les RH entrent dans l’ère de la personnalisation des ressources humaines : qu’est-ce qui anime cet employé, quelles sont ses aspirations profondes (qui peuvent évoluer), ses sources de motivation ?
Au cours de leur carrière, certains auront envie de changer radicalement de voie, le rôle des RH peut être d’accompagner les meilleurs éléments dans cette évolution.
Faire un métier qui plaît, être stimulé au quotidien, apprendre sont trois clés du bonheur au travail.
Le RH peut donc mettre en place des programmes de « nurturing » pour conserver un bon niveau de stimulation intellectuelles : conférences, formation, programme de transfert de compétences… Cela vous permettra également de prévenir l’obsolescence des compétences et d’anticiper les évolutions de carrière.
Enfin, un employé heureux dans son travail rayonnera à l’extérieur, c’est votre meilleur ‘support’ de pub pour renvoyer une image positive d’employeur !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.