Plus flexible, plus éclaté, l’espace de travail est aujourd’hui repensé et conduit progressivement à la disparition du poste de travail individuel « à l’ancienne ». En effet, la notion de travail n’est plus rattachée à un lieu unique, on assiste à la naissance de nouveaux modes de travail.
Ce phénomène de nomadisme professionnel touche tout le monde puisqu’il concerne à la fois les indépendants, les salariés et même les personnes en recherche d’emploi.
Open space dynamique, espaces de travail partagés, bureaux itinérants et temporaires : quels sont ces nouveaux modes de travail ? Comment accompagner ce bouleversement de l’espace de travail, potentiel source de stress ? Quels en sont les attraits et bénéfices ?

Les nouveaux lieux de travail

Jusque-là, le nomadisme professionnel a principalement séduit les indépendants et les créateurs d’entreprise. Chez les salariés, c’est le télé-travail qui connaît un succès grandissant.
Progressivement, cette approche séduit pourtant de plus en plus d’entreprises qui mettent en place des systèmes d’open space dynamique et louent des espaces de travail temporaires.

L’open space dynamique

On connaissait l’open space, le “niveau au-dessus” est l’open space dynamique. Dans cet espace de travail ouvert, un salarié n’est plus rattaché à un poste de travail. Danone et Axa ont repensé leurs sièges sociaux dans cette dynamique et de nombreuses startups se sont déjà appropriés ces codes.
L’idée est que les salariés puissent travailler « de partout » : dans des espaces bureau traditionnels mais également sur des terrasses aménagées, dans des jardins. Chez MyJob.Company, nous avons par exemple créé une salle de chiling room qui permet de travailler dans de gros poufs, elle est toujours occupée !

Coworking et partage d’espaces

Aujourd’hui, aller au travail ne signifie plus nécessairement aller au bureau. Pour certains, aller au travail signifie aller de sa cuisine à un espace aménagé à son domicile. Pour d’autres, il s’agit d’espaces de travail temporaires.
C’est le cas de l’espace de coworking Coworkshop décrit par Loane “C’est un lieu qui favorise les échanges et la mise en relation entre les entrepreneurs, free-lancers et les autres acteurs du « travailler ensemble ». Elles adhèrent à un mode organisationnel plus flexible et dont les frais de fonctionnement sont mutualisés. C’est un endroit qui permet aux petites entreprises, qui n’ont pas forcément les moyens d’avoir leurs propres locaux, d’avoir un vrai lieu de travail . Je vous parle ici de l’espace Résident. Quant à l’espace Nomade il permet aux indépendants qui travaille généralement chez eux d’avoir un endroit calme qui les poussent à travailler. “
Très populaire, le co-working, ou lieu de travail partagé, séduit de plus en plus d’entreprises qui réservent des places de travail à l’année. Pour les salariés c’est parfois l’occasion de limiter les temps de trajets et de sortir du cadre de travail quotidien.

Lutter contre le gâchis d’espace

D’autres startups se développent sur le principe de l’utilisation optimisée des espaces de vie et de travail. C’est le cas d’OfficeRiders, une marketplace 100% collaborative en ligne permettant de mettre à disposition son chez-soi sous-utilisé la journée, à destination des professionnels.
A San Francisco, Florian Delifer – fondateur et CEO – rencontre ses deux autres associés, Jean-Philippe Matz et Thomas Leblanc. En mal d’endroit à prix abordable pour se réunir et travailler la journée, ils font alors un constat paradoxal : beaucoup d’appartements restent inoccupés une bonne partie de la journée. Alors pourquoi ne pas les louer à des professionnels afin qu’ils puissent y exercer leurs activités ? « L’inoccupation des appartements nous est apparue comme un gâchis et une perte économique, nous avons donc pensé à inscrire notre idée dans la mouvance de l’économie collaborative », précise Florian Delifer.

L’évolution des modes de travail vers le nomadisme

Au-delà du lieu de travail, on assiste à une nomadisation de la carrière au cours de laquelle un travailleur va passer d’un métier à un autre, voire en exercer des différents en même temps, comme le font les slashers.
Laura Choisy, fondatrice de Cohome a pensé l’échange de lieu dans cette nouvelle dynamique : “Nous sommes entrés dans une nouvelle ère où le numérique façonne notre rapport au travail et à l’emploi. A quoi bon rester enfermé dans un emploi qui ne me correspond pas si je peux développer les compétences qui me tiennent à coeur avec une simple connexion internet ? Notre perception de l’apprentissage évolue et valorise les autodidactes qui décident où et quand apprendre, en le décorrélant de la méthode pour ne se fier qu’aux résultats.
D’un autre point de vue, les machines vont progressivement et rapidement remplacer les emplois qui n’ont aucune valeur ajoutée en étant effectué par un humain. Si les machines nous remplacent, vers quoi nous tourner ? Vers les métiers plus humains, qui créent du lien, de la valeur sociétal et environnementale dont nos sociétés ont grand besoin.

Accompagner le changement

Comme tout bouleversement, ces nouveaux modes de travail, lorsqu’ils sont imposés (ou perçus comme tels) peuvent être source de stress. Il est donc nécessaire d’accompagner les organisations à proposer ces nouvelles modalités de travail.

Le sentiment de fatigue

Pour certains employés, le fait de changer de lieu de travail chaque jour voire plusieurs fois par jour est perçu comme une fatigue supplémentaire. Il leur faut intégrer de nouveaux codes, comme le « clean desk » qui consiste à nettoyer son bureau à chaque fois qu’on le quitte (en fin de journée ou en partant en réunion). Pour les plus sédentaires, l’open space dynamique représente une impossibilité de pouvoir « se poser » et génère, à terme, une fatigue additionnelle.

La perte de repères

Autre critique faite : la perte de repère fixe, comme le fait d’avoir son bureau à soi personnalisé avec ses affaires (photo, plante…). Il est nécessaire d’accompagner cet inconfort et d’aider à recréer d’autres points de repère. Autre nécessité : celle de rassurer sur le fait que la perte de bureau fixe ne pose pas les prémices d’une perte d’emploi…

Tous à la même enseigne

Comme dans tout changement organisationnel, il doit être incarné par la direction. Ainsi, il est nécessaire que tout le monde joue le jeu afin que ce nouveau mode de travail ne se transforme pas en lutte de pouvoir.

Les bénéfices du nomadisme

Pourtant, bien accompagnée et mise en place, la notion de nomadisme peut apporter énormément : créativité, liberté, ouverture d’esprit, fun, rencontres.

Trouver du travail

Les espaces de coworking s’avèrent intéressant lors d’une recherche d’emploi car une rencontre peut donner lieu à une opportunité d’embauche. En espace de coworking, on enrichit aussi son réseau ! Ces lieux dans lesquels évoluent des professionnels très différents comme des travailleurs indépendants, des freelances, de jeunes entrepreneurs et des étudiants offrent un cadre de “travail” aux demandeurs d’emploi comme le précise Nicolas Nardone, fondateur de l’espace de coworking 10h10.
“Le Coworking, ce sont des espaces ouverts avec des gens qui viennent pour travailler.
Pour ceux qui recherche un travail salarié nous avons une recommandation : trouver un travail, c’est un job à temps complet qui nécessité d’organiser sa journée avec des tâches et des objectifs…
Peu de chance que vous trouviez en restant derrière votre ordinateur à poster des CV !
Les espaces de coworking sont un des outils parmi d’autres pour vous mettre dans la bonne dynamique et pour rencontrer du monde. En plus tous proposent des tarifs spéciaux pour demandeurs d’emploi.

Briser le sentiment de solitude des indépendants

Et pour les indépendants, ces nouveaux lieux de travail permettent de briser le sentiment de solitude.
C’est d’ailleurs pour cette raison que Laura a fondé Cohome, une plateforme de mise en relation qui permet aux professionnels isolés de travailler dans le salon d’autres professionnels dans la même situation, pour une journée ou quelques heures : “Après m’être lancée en freelance en janvier 2015, je me rends compte que je souffre d’être seule au quotidien dans mon appartement, sans jamais voir personne pendant mes heures de travail. L’idée de Cohome arrive à ce moment : je vais proposer de partager mon appartement en journée, avec d’autres professionnels qui ressentent la même problématique d’isolement.”

Favoriser les rencontres et les échanges

L’open space dynamique comme les espaces de travail partagé favorisent le brassage de population, les rencontres. Or pour tous les projets, les rencontres sont une source d’enrichissement. Pour les entreprises, le nomadisme peut renforcer la circulation de l’information via la multiplication d’échanges informels et renforcer l’esprit d’entreprise – au-delà de l’esprit d’équipe.
Pour Loane de Coworkshop “le développement des espaces de coworking illustre la modification du travail. Il y de plus en plus d’indépendants, de personnes qui sortent du schémas classique. Les NTIC sont également une des causes du développement des espaces de travail alternatifs. Désormais il n’est plus nécessaire d’être dans un bureau pour travailler. Internet est partout. Mais comme l’Homme est avant tout un être social, le besoin d’être avec les autres est très important. Le coworking permet de trouver cet équilibre, d’être indépendant mais pas seul.
La convivialité permet également de créer des échanges, des liens entre les personnes. Hier, dans l’espace Nomade, j’ai mit en relation deux coworkers que je connais bien. L’un est écrivain, l’autre scénariste. Tous deux, dans la journée étaient venus me parler de leur travail, de leur blocages quant à l’écriture. Je les ai donc présentés l’un à l’autre et ils ont pu échanger, se donner des conseils, parler de leur façon de travailler, d’écrire.”

Stimuler la créativité et être source d’inspiration

Changer de cadre de travail, faire de nouvelles rencontres, être inspiré par un lieu différent…une manière de doper sa créativité ?
Yasmina Khaznawi, responsable communication de OfficeRiders nous raconte « On en apprend beaucoup sur un être en pénétrant dans l’espace de vie de quelqu’un. La personnalité des autres est aussi inspirante. L’espace transpire cette personnalité, assurément, et cela ne peut que se transformer en expérience humaine. Les entreprises qui sont de grands riders, et été immédiatement séduites par le concept OfficeRiders, sont souvent les plus créatives (publicité, communication, etc), mais aussi les plus innovantes, et celles qui sont à la pointe sur le passage à une forme de travail en entreprise plus humanisée, plus soucieuse du bien-être des collaborateurs.
Avec un minimum d’efforts finalement, on apporte un maximum de changement. Changer d’environnement, c’est casser une routine souvent étouffante. On ré-apprend à trouver ses propres repères en soi, et donc on redonne du sens à son travail. Ce n’est pas si anodin que ça. »

Le bien-être à domicile

Les salariés français sont de plus en plus prêts à pratiquer le télétravail et les bénéfices sont multiples : meilleur équilibre de vie perso/pro, moins de stress, une meilleure efficacité dans des missions nécessitant une concentration importante.
“C’est vrai, souligne Laura de Cohome, aujourd’hui le travail à domicile est mieux perçu, même si l’impression demeure que ceux qui le pratiquent sont chez eux en pyjama toute la journée. Les clichés ont la vie dure. Pourtant, de nombreux professionnels cherchent à améliorer leur équilibre professionnel et familial, et en restant à domicile régulièrement, le bien être ressenti arrive très rapidement. Vous n’êtes plus forcément dérangé constamment ce qui améliore votre concentration.”

Réduire la facture

L’immobilier est le deuxième poste de dépenses des entreprises, juste après les salaires. Les entreprises qui organisent les espaces de travail en les gérant sous la forme de flux réalisent des économies importantes, d’autant qu’un poste ne serait occupé que 60% du temps en moyenne en France.
Chez Sanofi par exemple, il y a désormais 8 postes pour 10 collaborateurs.
Autre bénéfice, plus orienté sur le bien commun, ces nouveaux modes de travail sont basés sur la disparition des armoires et tiroirs individuels, en bref des dossiers papiers. Les informations sont stockées dans des serveurs accessibles « de partout ». C’est une opportunité pour faire évoluer les mentalités en matière d’écologie et passer progressivement au zéro papier.

Décalage des codes du travail

Les manières de travailler évoluent, et font évoluer, avec elles les codes du travail comme le souligne Yasmina : « Les manières de travailler évoluent vers toujours plus d’inventivité, et de volonté d’épanouissement à travers son activité. C’est un constat que l’on fait, qui nous rend heureux, et que l’on accompagne et encourage. (.)
On observe également un décalage progressif des codes qui régissent le monde du travail depuis ces dernières décennies, au premier rang desquels, le fameux « métro, boulot, dodo ». Il y a un vrai besoin d’en finir avec toutes les connotations négatives du travail : par exemple, la fonction de « Chief Happiness Officer » prend de l’ampleur. Vu le temps que nous passons à travailler, le plaisir, le bien-être, et le bonheur dans son environnement de travail deviennent de plus en plus prioritaires. »

La fin du travail ?

Nicolas Nardone de 10h10 a pioché l’inspiration de son lieu atypique de coworking dans la lecture de “La fin du travail” de Jeremy Rifkin.
“J’ai commencé ma carrière professionnelle en 1994…l’année où Rifkin écrivait la Fin du Travail !
Ce livre m’a non seulement marqué mais surtout en plus de 20 ans de carrière en tant que salarié, entrepreneur, consultant indépendant, j’ai vu le monde du travail se métamorphoser comme Rifkin l’avait prévu.
Les politiques semblent le découvrir en 2018….Le phénomène à plus de 20 ans!!
L’idée est simple. Le monde n’appartient pas uniquement aux gens qui se lèvent tôt ou qui veulent travailler plus pour gagner plus. Le monde de demain appartient à ceux qui sauront comme les chats avoir mille vies professionnelles. En 2020 il y aura 220 millions de chômeurs dans l’OCDE et ce n’est ni les entreprises du CAC 40 ni l’économie numérique qui vont sauver le monde et offrir un travail à chacun. Plutôt que de trouver un patron, trouver un projet ou un client!
Les 10h10 sont des espaces ouverts et libres qui vous permettent de vous lancer dans cette incroyable aventure qu’est le fait de prendre son destin en main pour créer son propre avenir ! (.)
Or le cadre de travail adapté et les moments d’interactions privilégiés entre des compétences différentes sont les conditions nécessaires à la créativité et à l’innovation…
Nous avons travaillé pendant 20 ans dans le domaine de la création, du divertissement et de l’innovation et nous avons de l’expérience en la matière. Nous doutons qu’il soit possible d’imaginer l’avenir de manière innovante après 1h00 de RER pour rentrer dans une Tour en Verre à la Plaine St Denis ou de la Défense.
Créer des espaces de travail à taille humaine au coeur de la ville et dans un esprit comme à la Maison…c’est notre crédo pour permettre à chacun de construire son avenir.”

Finalement, ces nouvelles modalités de travail créent de nouvelles conditions de travail, plus propice au plaisir et à l’épanouissement.
« Les codes actuels veulent qu’on travaille la semaine et ne respire que le week-end, qu’on cravache 10 mois de l’année voire plus et qu’on ne voyage qu’au terme de cette période, comme un sacrifice fait en attendant, faute de mieux. Même à l’échelle d’une journée : on met sa vie et son bien-être en pause de 9h à 18h, et après on profite. Chez OfficeRiders, on est contre le gâchis d’espaces, mais aussi contre ce gâchis-là. C’est pour cela que finalement, on propose de continuer à explorer le monde tout en s’aménageant ses heures de travail – car le plaisir de rester mobile est un sentiment universel, il relève d’un goût de la liberté que tout le monde peut comprendre », conclue Yasmina.

Sources :
http://www.courrierinternational.com/article/travail-etre-sans-bureau-fixe-la-nouvelle-tendance?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&link_time=1479488827

Découvrez nos partenaires et testez leurs services grâce à des offres spécialement pour vous !

Cohome :https://www.cohome.in/
Votre 1ère journée de cohoming est 100% remboursée automatiquement à la fin du mois d’inscription.

OfficeRiders : https://www.officeriders.com/
Utilisez le code MYJOBOFFICE pour obtenir 10 euros offert (offre valable jusqu’au 6 avril 2017)

Le 10h10 : http://www.le10h10.com/fr/coworking-cafe/
Profitez d’1h gratuite sur présentation de l’article (papier ou mobile) et ensuite des tarifs étudiant jusque fin juin 2017. Offre valable sur les deux sites.

Quoi de mieux qu’une Cuisine, un Café et un Muffin pour échanger avec son voisin sur une nouvelle idée?

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *